naar top
Menu
Logo Print

UN AVENIR POUR LE MAZOUT ET LA CHAUDIERE MAZOUT A CONDENSATION?

Que pense:

ALAIN VAN LANGERAERT

Category manager HVAC Van Marcke

De Dietrich 1. Le gaz domine le marché du chauffage depuis toujours. Le mazout continue à détenir une part de marché significative. Comment pensez-vous que cela va évoluer à l'avenir?

Van Langeraert: “La part du mazout va peut-être encore diminuer ou bien elle a déjà atteint son plancher. Nous ne prévoyons pas de nouvelle diminution substantielle. Ceux qui souhaitent le gaz, l'ont peut-être. Ceux qui se chauffent au mazout, le font par choix ou simplement parce qu'il n'y a pas d'arrivée de gaz dans leur région."

2. Pensez-vous que la Belgique va bientôt suivre l'exemple du Danemark (interdiction d'installer des chaudières dans les bâtiments neufs)? Tenez-vous compte d'un tel scénario catastrophe ou n'est-ce encore qu'un lointain phénomène pour vous? Expliquez votre réponse.

Van Langeraert: “Devons-nous tenir compte d'un scénario comme au Danemark? Non. Quand on voit la quantité de travail de lobby nécessaire pour obtenir de petites adaptations dans la législation (des adaptations qui favorisent l'utilisation des modèles HE), on peut se dire qu'un changement radical n'est pas à l'ordre du jour. De plus, la crainte liée à la faisabilité financière est très importante."

3. Quel est l'avenir du combustible et quelles technologies vont se faire une place sur le marché (dans un avenir proche et plus lointain)?

Van Langeraert: “Le gaz, le mazout ou la pompe à chaleur: nous évoluons de toute façon vers des solutions hybrides. La combinaison de différentes sources d'énergie est en train de devenir la norme. Mazout + énergie solaire thermique, pompe à chaleur + photovoltaïque, gaz + pompe à chaleur, ... "